Pleinement engagée dans la transition énergétique de son territoire, la Ville de Rueil-Malmaison a confié aux équipes d’ENGIE Solutions la construction et le développement d’une géothermie sur la ville.

Pour alimenter en énergie géothermique le futur réseau de chaleur dont l’attribution sera annoncée au cours du printemps, la Ville et ENGIE Solutions annoncent la création d’une SAS ENR, baptisée GéoRueil. Une étape majeure dans le verdissement des ressources pour chauffer les Rueillois.

Une ressource locale et renouvelable pour le futur réseau de Rueil-Malmaison

La Ville de Rueil-Malmaison annonce avoir choisi la géothermie, 3ème source d’énergie renouvelable en France, pour alimenter son futur réseau de chaleur.

Le développement de la géothermie sur le territoire Rueillois se traduit par la création d’une S.A.S ENR (Société par Actions Simplifiée Energie Renouvelable) dédiée, GéoRueil. La nouvelle société dédiée à ce projet énergétique d’ampleur est le fruit du partenariat local entre ENGIE Solutions, actionnaire à hauteur de 88,5 %, et la Ville de Rueil-Malmaison à hauteur de 11,5 %.

Pendant 28 ans, GéoRueil fournira de la chaleur au futur réseau de la ville grâce à une ressource énergétique renouvelable, locale et disponible en continu. Les premières phases de construction de la géothermie démarreront au printemps 2021, pour une mise en service à l’été 2022.

La géothermie de Rueil-Malmaison ira capter la ressource à 1 500 mètres de profondeur avec une eau à environ 62 °C. Le recours à l’énergie géothermique permettra d’éviter chaque année l’émission de 21 000 tonnes de CO2 dans l’atmosphère, soit l’équivalent de 11 600 véhicules en circulation.

Ce projet ambitieux marque la poursuite du développement de la géothermie basse énergie dans l’Ouest Parisien. ENGIE Solutions a investi plus de 300 millions d’euros dans la filière en 10 ans et réalisé 20 forages géothermiques basse énergie sur cette même période.

La géothermie, en quoi ça consiste ?

La géothermie consiste à récupérer la chaleur présente dans les nappes d’eau souterraines, où la température de l’eau se situe entre 50 et 95 °C, pour la transformer en énergie. La chaleur prélevée est transférée au réseau urbain pour alimenter en chauffage ou en eau chaude sanitaire les bâtiments d’un quartier. L’eau est ensuite réincorporée dans la nappe souterraine.

Ce processus est rendu possible grâce à la technique dite du « doublet » : un puits d’extraction permet de récupérer les calories de l’eau géothermale et un puits de réinjection permet de restituer l’intégralité des volumes d’eau extraits dans la nappe souterraine.

« La valorisation de la ressource géothermique sur le territoire rueillois et la création de GéoRueil incarnent l’ambition d’ENGIE Solutions d’accompagner les collectivités pour apporter des solutions ajustées à leurs besoins et aux ressources disponibles localement », indique Aurélie LEHERICY, Directrice Générale Adjointe d’ENGIE Solutions Villes & Collectivités. « Nous sommes fiers d’accompagner la Ville de Rueil-Malmaison dans la construction de cette géothermie. C’est un bel exemple de notre capacité à adapter les technologies disponibles à la transition énergétique propre à chaque Ville, au service des habitants. »

Pour Patrick OLLIER, Maire de Rueil-Malmaison, ancien Ministre, Président de la Métropole du Grand Paris : « Face à l’urgence écologique, les collectivités locales doivent s’adapter et s’engager sans attendre dans la recherche de nouveaux équilibres et de solutions innovantes. C’est pourquoi Rueil-Malmaison, impliquée de longue date pour accélérer la transition énergétique sur son territoire, a tout naturellement choisi ENGIE Solutions pour y mettre en place une géothermie.  Comme Maire de Rueil-Malmaison, mais également comme Président de la Métropole du Grand Paris, il est de ma responsabilité d’impulser cette dynamique en faveur d’énergies propres, au service de l’environnement et des administrés. 

Chiffres clés de la géothermie

  • 11,3 MW : puissance de la chaufferie
  • 1 500 mètres : profondeur des puits
  • 2 200 mètres : longueur totale des puits
  • 62 °C : température de l’eau puisée
  • 21 000 tonnes de CO2 évités dans l’atmosphère, soit l’équivalent de 11 600 véhicules en circulation